rechercher
Recherche avancée
Actualités
« Au soleil couchant » : Prix Guimet 2018
Juin 2018

Au_soleil_couchant  

L’écrivain sud-coréen Hwang Sok-yong a reçu lundi le prix Emile Guimet de littérature asiatique 2018 pour son roman «Au soleil couchant» publié chez Picquier.

Le prix Emile Guimet a été créé l’année dernière par le Musée national des arts asiatiques-Guimet dans le but de mieux faire connaître la littérature asiatique en France. Auparavant, le prix Femina étranger était le seul prix littéraire français attribué à des ouvrages étrangers.

Il sélectionne le récipiendaire parmi les œuvres littéraires asiatiques contemporaines qui ont été publiées en France au cours de l’année écoulée.

«Au soleil couchant» a été traduit du coréen par Choi Mi-kyung et Jean-Noël Juttet avec le soutien de la fondation Daesan avant sa parution l’année dernière chez les éditions Philippe Picquier.

Ce roman, publié en Corée du Sud en 2015, met en lumière le passé et le présent de la société coréenne à travers un architecte sexagénaire renommé et un jeune comédien qui subsiste en enchaînant des petits boulots à côté.

Hwang, qui n’a pas pu participer à la cérémonie de remise des prix tenu lundi à Paris, a fait part de son «grand honneur» de recevoir ce prix attribué par le musée Guimet, lieu de rencontre entre les arts et culture asiatiques et le monde occidental fondé par Emile Guimet, qui était un grand amateur d’art oriental.

«Le passé des dernières générations a constitué le présent des jeunes générations comme conséquence (des choses réalisées antérieurement). Je pense que l’âge aide à regarder autour de manières plus calme, prudente et profonde plutôt qu’il n’apporte l’oubli et la tranquillité», a déclaré Hwang dans un message envoyé aux organisateurs.

«Peut-être, les lecteurs pourront me substituer à ce vieux gentilhomme (architecte dans le roman), moi qui remémore le passé. Or, il se donne aussi vers le présent. C’est parce que je suis en train d’écrire une histoire sur trois générations de cheminots qui se sont consacrés aux chemins de fer, symbole de la transition de la Corée vers le modernisme. Je m’emploie aussi à réaliser un grand projet, le « train de la paix » qui partira avec à son bord de nombreux artistes et intellectuels du monde dans un avenir proche», a-t-il ajouté.

 

Prix Ellipse – « La Porte » sélectionné
Juin 2018

Le manga La Porte d’INOUE Daisuke,
d’après le roman de Sôseki,
est en sélection pour le Prix Ellipse.

Le thème de cette année est l’adaptation d’œuvre
littéraire en bande dessinée.

Sélection pour le prix Chronos
Juin 2019

Vie_bien_derangee_de_Monsieur_Watanabe

La Vie bien dérangée de Monsieur Watanabe,
de Delphine Roux et Betty Bone
en sélection pour le Prix Chronos de Littérature 2019
dans la catégorie Maternelle / CP

Retrouvez le détail du prix Chronos de Littérature 2019
à cette adresse : www.prix-chronos.org

Sélection pour le prix des Incorruptibles
2018-2019

L’association le Prix des Incorruptibles, agréée par le Ministère de l’éducation nationale, fête ses 30 ans !
Elle a pour objectif de susciter le désir de lire chez les jeunes grâce à une action lecture clé en main dans les établissements scolaires, les bibliothèques, les centres de loisirs.

Le Jardin de Madame Li, de Marie Sellier et Catherine Louis, a été sélectionné pour le 30e Prix des Incorruptibles dans la catégorie CP !

Retrouvez-nous au Festival Caractères !
Les 19 et 20 mai 2018

Bandeau Auxerre2

Rencontre avec l’auteure le 19 mai à 17 h.

Star des lettres en Corée du sud, GONG Ji-young a participé aux manifestations étudiantes dans les années 80, pour réclamer une véritable démocratie dans son pays. Romancière engagée, pour le féminisme, contre la peine de mort, pour le respect du handicap, talentueuse, sensible, Gong Ji-young est une figure de la vie culturelle et militante coréenne.

Son dernier roman autobiographique, Ma très chère grande soeur, est une plongée au coeur de son enfance où brillait le sourire de Bongsun. Maltraitée et affamée, Bongsun s’est réfugiée chez eux il y a des années. Pour autant, elle n’occupe pas une place égale à celle des autres enfants de la famille, elle reste une subalterne, une petite bonne. Mais pour Jjang-a, c’est sa très chère grande sœur, qui dort dans sa chambre, la porte sur son dos partout où elle va. Surtout, elle est une porte ouverte sur un monde différent, comme si on franchissait une ligne interdite.
Sincérité et émotion sont les deux forces traversant ce récit qui ne cache rien, n’enjolive rien. On est bien souvent bouleversé par la lucidité de ce regard d’enfant sur le monde des adultes et les injustices qui le déchirent. Et toujours rayonne la figure de Bongsun, généreuse et joyeuse, répondant aux malheurs par son fameux grand sourire.

Une plongée douce et sensible dans une enfance coréenne.

A découvrir aux Editions Picquier : Nos Jours Heureux (2014), et L’Echelle de Jacob (2016), Ma Très Chère Grande Soeur (2018).

Rencontre animée par Grégoire Courtois, librairie Obliques (Auxerre)
Interprète : Yeong-hee Lim

—–

Bandeau Auxerre

Rencontre avec l’auteure le 20 mai à 15 h.
 
Le succès considérable de son premier livre, Le restaurant de l’amour retrouvé, a imposé Ogawa Ito comme l’une des romancières japonaises les plus importantes. Dans ses romans, il est question des joies et des blessures de la vie avec poésie et sensibilité. Des livres lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco – Le Restaurant de l’Amour Retrouvé – dont l’épice secrète est l’amour.
 
A découvrir aux Editions Picquier : Le Restaurant de l’Amour Retrouvé (2013), Le Ruban (2014), et Le Jardin Arc-en-ciel (2016).
 

Une rencontre animée par Evelyne Levallois, librairie l’Autre Monde (Avallon).
Interprète : Myriam Dartois-Ako.

—–

Lieu de l’événement : Grande salle
Durée de l’événement : 60 min
OGAWA Ito au Festival Caractères !
Le 20 mai 2018 à 15 h
Rencontre avec l’auteure le 20 mai à 15 h.
 
Le succès considérable de son premier livre, Le restaurant de l’amour retrouvé, a imposé Ogawa Ito comme l’une des romancières japonaises les plus importantes. Dans ses romans, il est question des joies et des blessures de la vie avec poésie et sensibilité. Des livres lumineux sur le partage et le don, à savourer comme la cuisine de la jeune Rinco – Le Restaurant de l’Amour Retrouvé – dont l’épice secrète est l’amour.
 
A découvrir aux Editions Picquier : Le Restaurant de l’Amour Retrouvé (2013), Le Ruban (2014), et Le Jardin Arc-en-ciel (2016).

Une rencontre animée par Evelyne Levallois, librairie l’Autre Monde (Avallon).
Interprète : Myriam Dartois-Ako.

—–

Lieu de l’événement : Grande salle
Durée de l’événement : 60 min
GONG Ji-young au Festival Caractères !
Le 19 mai à 17 h

Rencontre avec l’auteure le 19 mai à 17 h.

Star des lettres en Corée du sud, GONG Ji-young a participé aux manifestations étudiantes dans les années 80, pour réclamer une véritable démocratie dans son pays. Romancière engagée, pour le féminisme, contre la peine de mort, pour le respect du handicap, talentueuse, sensible, Gong Ji-young est une figure de la vie culturelle et militante coréenne.

Son dernier roman autobiographique, Ma très chère grande soeur, est une plongée au coeur de son enfance où brillait le sourire de Bongsun. Maltraitée et affamée, Bongsun s’est réfugiée chez eux il y a des années. Pour autant, elle n’occupe pas une place égale à celle des autres enfants de la famille, elle reste une subalterne, une petite bonne. Mais pour Jjang-a, c’est sa très chère grande sœur, qui dort dans sa chambre, la porte sur son dos partout où elle va. Surtout, elle est une porte ouverte sur un monde différent, comme si on franchissait une ligne interdite.
Sincérité et émotion sont les deux forces traversant ce récit qui ne cache rien, n’enjolive rien. On est bien souvent bouleversé par la lucidité de ce regard d’enfant sur le monde des adultes et les injustices qui le déchirent. Et toujours rayonne la figure de Bongsun, généreuse et joyeuse, répondant aux malheurs par son fameux grand sourire.

Une plongée douce et sensible dans une enfance coréenne.

A découvrir aux Editions Picquier : Nos Jours Heureux (2014), et L’Echelle de Jacob (2016), Ma Très Chère Grande Soeur (2018).

Rencontre animée par Grégoire Courtois, librairie Obliques (Auxerre)
Interprète : Yeong-hee Lim

Laoshu à Nice
13 avril

Laoshu Nice2 Le 13 avril à partir de 18h : rencontre, dédicaces, vernissage au Musée des Arts Asiatiques de Nice

A cette occasion, découvrez l’exposition sur Laoshu et Un monde simple et tranquille du 13 au 20 avril

À propos de l’auteur
Laoshu (« Vieil Arbre ») n’est pas un peintre professionnel. Son vrai nom est Liu Shuyong, il est professeur à l’Institut des médias et de la culture de Pékin. En 2011, Laoshu ouvre un blog et y poste une peinture par jour, accompagnée d’un petit poème plein d’ironie sur les travers de notre société moderne et de ceux qui y vivent. Il a maintenant plus de 700 000 abonnés.

Laoshu à Arles !
Samedi 14 avril

A l’occasion de la parution du recueil de dessins Une monde simple et tranquille,
la librairie Les grandes largeurs est heureuse de recevoir l’artiste chinois Laoshu,
pour une séance de dédicaces à partir de 17h30.

Prix littéraire des tout-petits 2018 !
12 mars 2018

Chuuut

TASHIRO Chisato, Picquier Jeunesse, 9 €.

« On passe d’un animal à un autre grâce à un jeu de paroles chuchotées à l’oreille. Un procédé classique mais néanmoins très efficace auprès des enfants » Sylvie Vassalo, directrice du Salon du Livre jeunesse de Montreuil. 

Un album plein de tendresse pour s’endormir en douceur.

De 0 à 2 ans. 

 

Geneviève Djenati, psychologue :

« Voilà un album formidablement adapté aux tout-petits. Son petit format leur convient. Le thème (le secret de la naissance) leur parle. Il n’est pas trop long (pour ne pas dépasser leur temps d’attention). A l’âge où ils commencent à comprendre la succession
des évènements, c’est idéal. »

Mélanie Batelier, maman et bibliothécaire :

« Ma fille a pris le pli, elle fait chuuut et attend en jubilant la fin de l’histoire. J’imite les bruits des animaux, ça la fait rire… Nous partageons un vrai moment de complicité. »

Sylvie Vassalo, directrice du Salon du Livre jeunesse de Montreuil :

« J’ai aimé la douceur des personnages et la tendresse du trait. On passe d’un animal à un autre grâce à un jeu de paroles chuchotées à l’oreille. Un procédé classique mais néanmoins très efficace auprès des enfants. » 

Julie Duval, maman et blogueuse (formally-informal.com) :

« J’adore cet album, très drôle à raconter et bien adapté aux tout-petits. Bravo pour le petit format et les pages faciles à tourner. »