rechercher
Recherche avancée
TSCHUDIN Jean-Jacques
ouvrages
Adieu-mon-livre
ÔE Kenzaburo
Adieu, mon livre !
480 pages / 23,00€
plus d’informations
Ile-des-reves
HINO Keizo
L’Île des rêves
Collection(s) :

182 pages / 17,50€
plus d’informations
Adieu-mon-livre
Adieu, mon livre !

Auteur(s) : ÔE Kenzaburo
Traducteur(s) : TSCHUDIN Jean-Jacques
480 pages / 23,00€ / ISBN-10 : 2.8097.0946.9
Date de parution : octobre 2013


Adieu, mon livre ! Tout comme les yeux de celui qui doit mourir, les yeux qui ont créé doivent aussi se fermer (T.S. Eliot).
Retiré dans sa résidence, un romancier vieillissant affronte avec un ami d’enfance sa propre disparition face à la destruction possible d’un monde auquel il appartient. Chôkô Kogito entreprend ainsi l’écriture d’un nouveau roman « à l’intérieur même de ma vie ». Dans cette maison propice à l’échange de vues et à la méditation, le romancier et ses invités parlent des ans qui s’accumulent, commentent ces compagnons de vie que sont Mishima et le poète T.S. Eliot, convoquent Céline, Beckett et Dostoïevski dans des digressions au cours desquelles s’échafaudent des théories romanesques aussi bien que politiques.
« Je veux seulement tenter de réfléchir à la façon dont, en tant qu’écrivain, il m’est possible de vivre la fin de ma longue vie alors que je me trouve confronté à une grande catastrophe » (entretien avec Philippe Forest, La nrf – Du Japon). Ainsi s’écrit devant nous un roman surgi de l’inquiétude, de la possibilité de vivre poétiquement dans cette « Terre vaine » que prophétise le poète, sans cesse menacée, et dont la catastrophe de Fukushima est, pour l’écrivain, un signe prémonitoire.

Plus d’informations
Ile-des-reves
L’Île des rêves

Collection(s) :

Auteur(s) : HINO Keizo
Traducteur(s) : TSCHUDIN Jean-Jacques
182 pages / 17,50€ / ISBN-10 : 2-8097-0374-0
Date de parution : octobre 2012


Contrairement à ce que laisse supposer ce titre poétique, l’île des rêves n’est rien d’autre qu’un immense terrain vague dans la baie de Tôkyô, recouvert d’ordures et de montagnes d’immondices rejetées par la ville.
C’est là qu’aime aller se promener tous les dimanches Monsieur Sakai, employé dans une société de construction, l’une de celles qui ont édifié les tours, les gratte-ciel et les échangeurs de cette mégapole dont il est amoureux ; amoureux comme d’une créature vivante dont il écouterait les battements de coeur et la respiration. Sans parvenir à comprendre comment une décharge d’ordures peut dégager une telle fascinante beauté.
La rencontre avec une mystérieuse jeune femme en noir, qui le renverse un soir avec sa moto, l’entraînera encore plus loin dans l’exploration de cette île artificielle et abandonnée, recouverte d’une forêt dense. De ses arbres pendent, comme des marionnettes, des hérons empêtrés dans des fils de pêche – images obsédantes de ces figures d’oiseaux qui le mèneront à sa perte jusqu’à ce qu’une sorte de sérénité radieuse vienne graduellement couler en lui.

Plus d’informations
Traducteur suivant
VALLETTE-HÉMERY Martine
Traducteur précédent
TRUONG Liêu