rechercher
Recherche avancée
SASTOURNÉ François
ouvrages
Neige et corbeaux couv.indd
CHI Zijian
Neige et corbeaux
Collection(s) :

368 pages / 21,50€
plus d’informations
Carnets d'un peintre chinois
HUANG Yongyu
Les Carnets d’un peintre chinois

de Paris à Florence

Collection(s) :

240 pages / 25€
plus d’informations
Neige et corbeaux couv.indd
Neige et corbeaux

Collection(s) :

Auteur(s) : CHI Zijian
Traducteur(s) : SASTOURNÉ François
368 pages / 21,50€
ISBN-13 : 978-2-8097-1481-4
Date de parution : mars 2020


En 1910 une épidémie de peste, la dernière de la planète, frappe Harbin, dans la région la plus au nord de la Chine. C’est une ville nouvelle et dans le désordre des ruelles enneigées se côtoient Russes, Japonais et Chinois, tout un monde cosmopolite et truculent. Avant que l’épidémie ne réduise tous les bonheurs en miettes.
En s’appuyant sur un formidable travail de documentation et de recherche, Chi Zejian a entrepris de dessiner une carte de la ville puis installé sur cette carte les scènes de son roman, les pavillons avec jardin, les églises, l’entrepôt de céréales, l’auberge des Trois Kangs, les maisons closes, la distillerie, l’écurie où dort le cocher de fiacre, les deux ormes et leur nuée de corbeaux, la pharmacie, le magasin de bonbons… C’est ainsi que le vieil Harbin a repris vie, avec les multiples histoires de ses habitants enchevêtrées les unes aux autres, dans une épopée vibrante d’énergie et de volonté de survivre.

Plus d’informations
Carnets d'un peintre chinois
Les Carnets d’un peintre chinois

de Paris à Florence

Collection(s) :

Auteur(s) : HUANG Yongyu
Traducteur(s) : SASTOURNÉ François
240 pages / 25€
ISBN-13 : 978-2-8097-1313-8
Date de parution : février 2018


J’ai l’œil accueillant, je pose mon pinceau et me repose, bois de l’eau et fume une cigarette, je me lève et regarde autour de moi.
Huang Yongyu a planté son chevalet aux quatre coins de Paris, Rome, Sienne ou Florence.

Ses carnets de voyage fourmillent d’anecdotes où Modigliani, Raphaël et Dante voisinent allègrement avec ses amis chinois et ses souvenirs. Il rêve sur les ponts, s’allonge dans l’herbe au pied d’une statue de Bourdelle, marche beaucoup avec son attirail de peintre sur le dos, comme une fourmi solitaire. Je n’ai rien vu et m’étonne de tout, dit-il. Une curiosité joyeuse, une parole libre et fantasque, le regard original d’un créateur qui n’a jamais fréquenté d’école d’art et a tout appris de la vie et de ses rencontres.

Plus d’informations
Traducteur suivant
SATÔ Kyôko
Traducteur précédent
Santiago Artozqui